Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / A propos de Rochefort / Les villages / Belvaux
Actions sur le document

Belvaux

Belvaux, ça fait penser à beau val, à belle vallée… c’est dire la beauté du site !

Belvaux est un de ces jolis villages de la Calestienne. On y retrouve des pelouses calcaires typiques où fleurissent des variétés rares. Un lieu idéal pour la petite promenade du week-end ! Mais c’est également une localité dotée d’un patrimoine tout à fait respectable : four à pain, très ancien moulin dont l’origine remonte à 1274, chapelle, etc.

Situé dans le Parc National Lesse & Lomme, Belvaux se compose de jolies maisons construites en pierre du pays. Et à l’intérieur de ce village, vous trouverez des Caracolis… c’est-à-dire les Belvallois ! Ce surnom de Caracolis, qu’on utilise encore aujourd’hui pour désigner les habitants de Belvaux, trouve son origine dans l’élevage d’escargots, activité économique de premier plan dans la région au 19ème siècle.

A ce propos, vous découvrirez, durant votre balade, sur l’une des rives de la Lesse, une sculpture des Caracolis réalisée par Stéphane Renard.

L’Autel de la Nature et la Source de l’ermitage

L’Autel de la Nature et la Source de l’ermitage est une stèle érigée par le philosophe et ermite Edmond d’Hoffschmidt. On l’appelle parfois l’Autel de la Nature et la Source des rêveries parce qu’elle a aussi été témoin de promenades romantiques…
Edmond d’Hoffschmidt fait graver quatre vers sur la table du bloc de calcaire taillé en forme de pupitre ou d'autel :

"Ton temple, c'est l'espace, ô Puissance infinie,
Tes autels sont le ciel, et la terre et les mers.
Que toute la nature à tes pieds s'humilie,
Reçois l'encens de l'univers".

Edmond d’Hoffschmidt est le fils du châtelain de Resteigne, il sert comme officier dans l’armée napoléonienne avant de changer radicalement de vie. En effet, suite à un grand chagrin d’amour, écœuré par les injustices sociales, il se retire du monde des hommes dans un ermitage situé au sommet d’une colline, sans cesser par ailleurs de défrayer la chronique. Il vit à l’ermitage durant une quinzaine d’années avant de briser son isolement en revenant à une vie sociale. Philosophe, ermite, poète, chasseur, peintre et même conseiller communal, bienfaiteur des plus démunis – comme en atteste son épitaphe : « Il était l’ami des pauvres » –, ses centres d’intérêt sont très nombreux ! Personnage aussi excentrique que généreux, après l’ermitage, il demeure au Château de Resteigne où il meurt en 1861.

La chapelle Saint-Laurent

La chapelle Saint-Laurent est construite en 1857, à l’emplacement d’une ancienne chapelle. Elle est restaurée en 1932. Le chœur, peint par un artiste local, représente des angelots nus entourant la Vierge, qui trône au sommet de l'autel principal.
La chapelle contient des éléments issus de différentes époques : la statue de Saint Laurent par exemple date du 14ème siècle alors que le retable est peint au 16ème siècle. On peut également voir dans le mur du chevet, deux dalles funéraires datant de cette époque, le confessionnal portatif quant à lui remonte au 18ème siècle.

Au départ de la petite chapelle, vous avez tout à loisir de flâner sur l’une des quatre promenades balisées en forêt et de découvrir ainsi le bois domanial Les Gaudrées, l'Ermitage où vécut le célèbre ermite de Resteigne ou encore le Château de Resteigne. 

Le Gouffre de Belvaux

Le Gouffre de Belvaux est le nom qu’on a donné à l’endroit précis où la Lesse s'enfonce dans le sous-sol calcaire du massif de Boine par un vertigineux siphon profond d'une cinquantaine de mètres de long. Le gouffre de Belvaux a une capacité d’absorption est d’environ 25 m3/s. Mais que se passe-t-il en période de fortes pluies ou lors de la fonte des neiges ardennaises lorsque la Lesse atteint un débit bien plus élevé que d’habitude ? Dans ces cas-là, un trop-plein se forme en amont du gouffre de Belvaux qui est alors complètement dépassé, et subitement, la Lesse reprend le parcours qu’elle effectuait à l’époque. En fait, elle inonde carrément toute la vallée ! Les Ayets, c’est-à-dire les habitants de Han-sur-Lesse, disent que la Lesse « tourne ». Ce phénomène peut se produire plusieurs fois par an.

Attention, ce site est uniquement accessible lors de la visite de la Réserve d’Animaux Sauvages.

La Calestienne

Belvaux, situé en plein cœur de la Calestienne, présente un environnement naturel riche et luxuriant. Le sol, qui permet à de nombreuses variétés de végétaux de s’épanouir, est notamment composé de schiste, typique de la Calestienne.

Entre la Famenne schisteuse et l’Ardenne on retrouve une bande étroite de quelques kilomètres appelée la Calestienne. Ce nom a été inventé par des botanistes, étonnés d’y retrouver une flore inédite, fort différente de celle des régions voisines. Dans le mot « Calestienne », vous reconnaissez le terme « calcaire », celui-là qu’on retrouve sur les façades des maisons du village ainsi que sur les collines du pourtour de la vallée de la Lesse. Et c’est encore ce même calcaire qui a favorisé la formation des grottes de Han-sur-Lesse !

Château-Ferme de Belvaux

Si vous vous trouvez à l’intérieur du village, vous l’apercevez perchée sur un petit promontoire naturel. Cette ferme est construite en moellons de calcaire des 16ème et 18ème siècle.
Au 16ème siècle, la bâtisse, qui appartient alors à la famille Belvaux, est entourée de murs ; elle est le siège de la petite seigneurie de Belvaux-Neufontaine. A en croire les arquebusières – ou meurtrières –, on estime que le logis date du 17ème siècle.

Source : www.valdelesse.be

Belvaux