Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / A propos de Rochefort / Les villages / Han-sur-Lesse
Actions sur le document

Han-sur-Lesse

Han-sur-Lesse est un des noms les plus célèbres de la région ! On y fait très souvent référence lorsqu’on parle spéléologie, préhistoire ou même grotte. Mais saviez-vous que c’est grâce à la Lesse que tout ceci est arrivé ? C’est même elle qui donne son nom au village : l’étymologie du mot « han » est très certainement lié à la présence du méandre de la rivière dans la localité.

Mais alors qu’en est-il de Frahan, Bohan ou Poupehan, etc., ces villages de la vallée de la Semois dont le nom termine par « han » ? Eh bien, c’est également la Lesse qui serait à l’origine de l’appellation de toutes ces bourgades. C’est dire l’importance de la rivière star dans la région !

Mais à Han-sur-Lesse, la rivière fait plus que laisser son empreinte étymologique et physique, elle a également offert au village la fameuse grotte qui l’a rendu si célèbre. Un cadeau naturel exceptionnel qui a modifié le destin de cette petite bourgade agricole.

Les grottes de Han

Les grottes de Han sont occupées depuis l’Âge de pierre. Mais on retrouve également des traces de vie datant de l’époque romaine et jusqu’au Moyen Âge.

En 1856, le baron Spandl de Herze devient propriétaire de la seigneurie de Han. A sa mort, ses héritiers s’empressent de constituer la Société Anonyme des Grottes de Han afin d’éviter les divisions dues à la succession. En fait, ils avaient déjà compris tout le potentiel touristique de ce lieu magique ! A ce propos, les grottes se visitaient déjà avant la Première Guerre Mondiale. À cette époque, on utilise des torches pour éclairer les parois, c’est d’ailleurs ce qui explique que la roche ait noircie en certains endroits.

Vers 1900, on installe un premier réseau électrifié et quelques années plus tard, on installe le chemin de fer vicinal qui relie en un peu plus de 3 kilomètres le village Han à l’entrée des grottes. En 1905, la société reprend également l’exploitation de la grotte de Rochefort et se transforme donc en S.A. des Grottes de Han et de Rochefort.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, les grottes sont fermées au public, elles se transforment en refuge pour les civils, et notamment au moment de l’Offensive Von Rundstedt.
Après des réparations indispensables, les Grottes de Han reprennent du service touristique pour acquérir la réputation dont elles bénéficient aujourd’hui, tant sur un plan national qu’international.

La Réserve d’Animaux Sauvages

En 1970, la Réserve d’Animaux Sauvages ouvre ses portes. Elle se situe dans l’ancien lit de la Lesse et accueille de nombreuses espèces d’animaux en tous genres : lynx, tarpans, mouflons, chevaux de Przewalski, ours brun, loups...

Le Gouffre de Belvaux

Le Gouffre de Belvaux est le nom qu’on a donné à l’endroit précis où la Lesse s'enfonce dans le sous-sol calcaire du massif de Boine par un vertigineux siphon profond d'une cinquantaine de mètres de long. Le gouffre de Belvaux a une capacité d’absorption est d’environ 25 m3/s. Mais que se passe-t-il en période de fortes pluies ou lors de la fonte des neiges ardennaises lorsque la Lesse atteint un débit bien plus élevé que d’habitude? Dans ces cas-là, un trop-plein se forme en amont du gouffre de Belvaux qui est alors complètement dépassé, et subitement, la Lesse reprend le parcours qu’elle effectuait à l’époque. En fait, elle inonde carrément toute la vallée !

Les Ayets, c’est-à-dire les habitants de Han, disent que la Lesse « tourne ». Ce phénomène peut se produire plusieurs fois par an.
Attention, ce site est uniquement accessible lors de la visite de la Réserve d’Animaux Sauvages.

Montagne de Han

On y arrive en empruntant le petit pont du Ri de la Planche et en suivant le petit ruisseau. Repérez l’allée des marronniers, elle vous conduit directement au pied de la colline qu’on a longtemps appelé la Montagne de Han ! Massif boisé, sol calcaire, elle renferme… le site des grottes de Han ! A la sortie, c’est bien la Lesse qu’on retrouve. Saviez-vous que selon son débit, elle met entre 3 et 24 heures pour traverser la « montagne » !

La rue des Grottes

Cette rue pavée est la principale rue commerçante de Han-sur-Lesse. Mais on y trouve plus que des magasins ! En effet, plusieurs bâtiments attestant du caractère agricole de la localité ponctuent la balade shopping. Voyez par exemple, juste après la pharmacie sur la gauche, une façade typique de ferme en calcaire, illustre à merveille cette tradition agricole. De gauche à droite : le corps de logis, la large et haute porte de grange et l’étable qui abritait le bétail en hiver.

En face, le Musée Han d’Antan porte encore la trace de la porte de grange en façade. Et savez-vous pourquoi la porte revêt d’une forme si particulière ? La réponse est simple : ainsi construite, elle permettait d’abriter les hautes charretées de foin ou de paille destinées à la nourriture et à la litière du bétail.

L’église de Han-sur-Lesse…et son arbre clouté !

Erigée en 1905, en remplacement d’un de ces petits édifices religieux qui occupaient jadis le cœur de tous les villages, l’église gothique de Han-sur-Lesse se place sous le patronage de Saint-Hubert.

Et non, vous ne rêvez pas, devant l’entrée de l’église, c’est bien un tilleul remplis de clous que vous voyez ! À l’époque, il n’est pas impossible que les dévots lui aient prêté quelque vertu médicale. La légende raconte qu’il suffisait de toucher une dent cariée avec un clou, puis d’enfoncer ce dernier dans l’arbre pour lui transmettre le mal et se débarrasser ainsi de la douleur…

Monument Interalliés

Le monument interalliés se situe dans la rue de la Fontaine Saint Martin. Il rappelle les événements tragiques de la Seconde Guerre Mondiale, et plus précisément les faits de résistance qui ont marqué la région ainsi que le souvenir d’un bombardier américain qui s’est écrasé dans la forêt toute proche.
Sur le monument qui ne comporte aucun nom propre, on peut lire :

« Ces pierres qui ont bu votre sang
Nous vous les dédions,
Ô héros
Obscurs venus ici
Donner votre vie
Pour conserver
La nôtre »

La Calestienne

Au sud, entre la Famenne schisteuse et l’Ardenne, on retrouve une bande étroite de quelques kilomètres appelée la Calestienne. Ce nom a été inventé par des botanistes, étonnés d’y retrouver une flore inédite, fort différente de celle des régions voisines. Dans le mot « Calestienne », vous reconnaissez le terme « calcaire », celui-là qu’on retrouve sur les façades des maisons du village ainsi que sur les collines du pourtour de la vallée de la Lesse. Et c’est encore ce même calcaire qui a favorisé la formation des grottes de Han-sur-Lesse ! On le voit, cet élément est donc essentiel dans la construction de l’identité naturelle mais également culturelle de la région.

Tête de bouc !

La « tête de bouc » ou de son nom plus scientifique « l’anticlinal de Wavreille » se situe dos à l’ancien four à chaux.

Tout ceci vous dit quelque chose mais nous ne savez plus exactement où vous avez lu pour la première fois le nom de ce phénomène géologique ? Laissez-nous vous rafraichir la mémoire : la première fois, ce devait être dans votre livre scolaire de géographie !

Un anticlinal est en fait un plissement en forme de dôme qui présente une forme de colline nivelée par l’érosion. Elle est issue de l’accumulation au fil de plusieurs millions d’années de sédiments marins ! A la surface du sol, on peut observer les différentes couches, ou bandes longitudinales superposées, qui se répartissent de façon symétrique de part et d’autre de l’axe du pli. Le poids de leur superposition convertit à leur tour les sédiments en pierre. Les plissements, les chevauchements ainsi que l’érection finale de l’anticlinical sont provoqué par le mouvement permanent des continents (2 à 15 cm par an).

Confrérie

Han-sur-Lesse renferme encore un bel atout ! Celui de la confrérie de la Blonde de Han et de la Noisette ! Un conte de fée ? Non, pas du tout ! La Blonde de Han est une bière blonde refermentée en bouteille selon la tradition. Elle a une teneur de 6,5% en alcool et peut présenter un aspect légèrement trouble. De couleur jaune paille, la mousse qui l’accompagne est blanche et fine, quant à son nez, il est légèrement houblonné, composé d’arômes fruités.

Et la Noisette ? Ce fruit est tellement abondant dans les vallées du pays de Han et de Rochefort qu’on lui a crée un fromage sur mesure. C’est la société Mathot, implantée à Rochefort, qui a élaboré ce fromage à pâte mi-dure. Le Rochefort à la noisette est servi en plateau, en raclette ou en salade et accompagne à merveille la Blonde de Han ainsi que les trappistes de Rochefort

Vous trouvez la Blonde de Han dans les établissements de restauration du village. Bonne dégustation !

Source : www.valdelesse.be

Han-sur-Lesse